La Fontaine, je ne boirai plus de ton eau - Édito du mailing de septembre 2021

Chers amis, chers clients,

La rentrée est chargée puisque, pour la première fois depuis 11 ans, certaines de nos chaussettes seront disponibles dans un grand magasin parisien. Nous avons choisi celui qui nous correspond le plus, à savoir Le Bon Marché (rue de Sèvres à Paris). Lors des discussions avec les fameux acheteurs du "BM" (comme nous avons appris à dire), la fable de Jean de La Fontaine, Le pot de terre et le pot de fer a forcément semé un peu de doute dans notre démarche.

Ne nous associons qu’avec nos égaux.
Ou bien il nous faudra craindre
Le destin d’un de ces Pots 
(NDLR qui finit brisé par l'autre)
 
Force est de reconnaître que nous ne faisons pas la taille du Bon Marché, l'un des joyaux de LVMH. Mais faut-il suivre la morale de cette fable ? Pourquoi y a-t-il si peu de licornes dans ses fables ? Jean de La Fontaine aurait-il été un bon startuppeur ? Sans doute pas plus qu'Elon Musk n'est un grand fabuliste. D'ailleurs, La Fontaine n'a-t-il pas montré une certaine aversion au risque avec sa fable Le petit poisson et le pêcheur :

Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas

Reconnaissons que cette phrase n'est pas une incitation à l'investissement, l'initiative et la prise de risque. À moins qu'il ne s'agisse d'une mise en garde contre les promesses de ROI mirobolant (le petit poisson propose au pécheur ni plus ni moins que de faire x100). Une fois n'est pas coutume, nous ne nous tiendrons donc pas à la morale de la fable Le pot de fer et du pot de terre. Tout en gardant en tête, qu'un homme averti en vaut deux.

Bonne rentrée,

Jacques & Vincent
  

 

Vous pouvez lire cette newsletter en intégralité en français et en anglais

Descubrir nuestros productos